Terroir local & égoïsme

Les consommateurs nantis et gâtés que nous sommes en Suisse seront-ils prêts à manger des produits importés, présentés comme bio mais qu’il sera impossible de tracer et de contrôler comme tel, dès le 13 juin? A savoir: l’homologation des produits phytosanitaires est nettement plus restrictive en Suisse que dans les pays voisins. Ceux-ci utilisent encore des traitements dont on retrouvera inévitablement des résidus dans nos assiettes…C’est précisément ce que l’on cherche à éviter.

Les consommateurs seront-ils prêts à voir les étals des marchés locaux vides ou à se passer de leurs produits régionaux préférés ? Veulent-ils laisser disparaître de leur table les goûts et terroirs de nos campagnes?

La Suisse, pays le plus riche du monde, sera-t-elle prête à affronter des difficultés d’approvisionnement dès lors que les exploitants locaux auront mis la clé sous le paillasson, à force de brimades et d'interdits irréalistes?
Est-on sûr que les autres pays, souverains eux aussi, voudront bien produire pour nous, même à des prix élevés, plutôt que de donner la priorité à leurs ressortissants, alors que les terres arables manqueront aussi chez eux ?
Le monde paysan est composé de professionnels responsables et conscients des enjeux écologiques. Il est crucial de les soutenir dans leur mission d’approvisionnement du pays.

L’enjeu de ces votations est vital pour ce secteur indispensable.

Pour conserver notre cohésion et sauvegarder notre l'indépendance alimentaire, votons 2xNON le 13 juin à ces initiatives qui nous prennent pour des pommes.

- G.B., Aproz